Quand et comment se mettre à son compte ?

Un travailleur sur trois en France envisage de quitter son emploi pour se mettre à son compte. Mais quel est le bon moment ? Faut-il être jeune ou avoir plusieurs années d’expérience ? Avant de lancer son activité d’indépendant à temps plein, peut-on cumuler chômage et travail en freelance ? Découvrez comment se mettre à son compte sereinement.

Comment se mettre à son compte : quel est l’âge préconisé ?

Une étude de Malt, une plateforme qui met en relation entreprises et indépendants, révèle que l’âge moyen des freelances se situe aux alentours des 35 ans. 12 % auraient moins de 26 ans et 33 % plus de 41 ans. Mais laissons de côté ces chiffres car, sur le terrain, chaque cas est particulier.

  • Comment se mettre à son compte à la sortie des études ?

L’une des clés de la réussite lorsque l’on s’installe comme travailleur indépendant, c’est l’énergie. Et il en faut beaucoup pour lancer une activité à partir de rien. Connaissez-vous « l’escalier du risque » ? C’est une théorie qui tend à démontrer qu’avec le temps, les diplômes, les années de carrière et les obligations familiales, le goût de l’aventure diminue chez l’être humain. Donc, autant se lancer quand on est jeune et plein de dynamisme.

Mais le freelance de moins de 30 ans est-il plus crédible face aux entreprises qu’un travailleur indépendant de 40 ans ? Ici, tout dépend du secteur d’activité et du niveau d’expertise requis. On citera en exemple le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, qui a créé son projet pendant ses études. Il n’y a pas de règles en la matière, surtout dans le milieu des startups.

Comment se mettre à son compte sans avoir de fonds ?
À la fin des études, il est rare d’avoir un compte bancaire bien rempli. Ceci peut être un frein au lancement d’une activité en freelance puisqu’il est nécessaire d’avoir un début de trésorerie. Pourquoi ? Pour faire face aux périodes creuses, aux besoins d’investissement ou aux retards de paiement.
Notez qu’il est possible d’emprunter auprès des banques pour lancer son projet. Il faudra avoir un business plan précis et une très bonne idée pour les séduire.
Enfin, toutes les activités ne demandent pas les mêmes ressources. Par exemple, un consultant en formation n’a pas besoin d’acheter beaucoup de matériel pour exercer.

 

  • Comment se mettre à son compte après des années de carrière ?

Parmi les craintes du salarié qui souhaite devenir travailleur indépendant après une dizaine d’années en entreprise, on cite souvent en premier l’insécurité. En effet, difficile de quitter la stabilité apportée par un salaire mensuel pour expérimenter les revenus irréguliers du statut de freelance. Et ceci sans compter, l’emprunt de la maison familiale, l’école des enfants à payer, les assurances…

 

Pourtant, le salarié expérimenté peut mettre en avant des atouts qui lui feront obtenir du chiffre d’affaires rapidement. Son expérience, certes, mais aussi, sa connaissance du métier et son réseau professionnel qu’il pourra exploiter pour trouver facilement des clients. La maturité amène aussi la capacité à envisager son secteur dans sa globalité pour détecter les opportunités et savoir bien s’organiser.

Comment se mettre à son compte sereinement après 35 ans ?

Il est possible de commencer une activité d’indépendant en étant toujours salarié, soit sur son temps libre soit en demandant un temps partiel. Cette solution permet d’appréhender sereinement le marché avant de se lancer (attention toutefois à la cause de non-concurrence du contrat salarié). Il est aussi envisageable d’intégrer une société de portage salarial. Elle gère l’administratif des freelances et maintient les avantages du statut salarié (cotisations pour la retraite, assurance chômage…).

Comment se mettre en son compte quand on est au chômage ?

Créer son activité de travailleur indépendant lorsque l’on est sans emploi est un moment propice puisqu’il est possible de dédier un maximum de temps au lancement de sa nouvelle activité. Cependant, il ne faut pas créer sa micro-entreprise à défaut d’autre chose. Pour s’installer à son compte, il faut beaucoup de motivation. Le travailleur indépendant doit absolument croire en la réussite de son projet.

Autre avantage, la sécurisation du projet grâce aux allocations chômage. En effet, il est possible de :

  • Cumuler les allocations chômage et le chiffre d’affaires de sa nouvelle activité (dans la limite du montant maximum des allocations mensuelles ou trimestrielles)
  • Transformer une partie des allocations chômage en capital (à hauteur de 45 %)
Comment se mettre à son compte : existe-t-il un mois plus propice ?
Ici, il faut tenir compte de la saisonnalité du marché. Si l’activité connaît des pics dans l’année, il faudra penser à créer son statut d’indépendant au moins quatre mois à l’avance. Côté fiscalité, en devenant micro-entrepreneur, il faut s’acquitter d’une taxe supplémentaire annuelle, la cotisation foncière des entreprises (CFE). Pour un lancement en décembre, mieux vaut attendre janvier pour créer son activité et éviter de payer deux fois cette taxe.

Voir aussi :