L’umbrella company, le modèle anglais du portage salarial

Concept né en Angleterre, l’umbrella company est souvent associé au portage salarial. En effet, les deux modes de fonctionnement sont très similaires. Ils offrent une sécurité supplémentaire aux indépendants sans pour autant rogner sur leur liberté. Explications.

Une umbrella company, qu’est-ce que c’est ?

Lorsqu’un travailleur souhaite se mettre à son compte, il a 2 possibilités : il peut créer une microentreprise ou bien, choisir de travailler en qualité de salarié porté. En Angleterre, ce sont les umbrellas companies qui emploient les travailleurs indépendants qui souhaitent être rattachés à une grande structure.

Une umbrella company est une forme de « Managed Service Company » (MSC), c’est-à-dire que son activité principale se résume à servir d’intermédiaire entre un co-contractant et un client. Chaque mois, elle récupère auprès du co-cotractant les honoraires dus pour la mission et les reverse à son client (l’indépendant) sous forme de salaire ou de dividendes. Dans cette configuration, l’indépendant devient salarié de l’umbrella company.

 

Le portage salarial, c’est quoi ?

En France, le concept d’umbrella company s’est développé sous la forme du portage salarial. Né dans les années 90, ce tout jeune secteur d’activité rencontre de plus en plus de succès avec une croissance à 2 chiffres depuis début 2000. On compte d’ailleurs déjà plus de 250 entreprises spécialisées dans ce secteur et plus de 70 000 salariés portés (chiffres de 2018).

Comment fonctionne le portage salarial ? C’est en fait une relation tripartite qui relie un salarié porté, une société de portage et une entreprise cliente. Les deux dernières sont liées par un contrat commercial, tandis que le salarié porté est lié par un contrat de travail avec la société de portage. Pour autant, le salarié porté ne perd pas en indépendance, il choisit librement ses missions et ses clients.

 

Portage salarial et umbrella company, quels avantages ?

En devenant les salariés d’une umbrella company ou d’une entreprise de portage salarial, l’indépendant s’ouvre un accès aux avantages du salariat classique. Par exemple, il récupère une meilleure couverture sociale, il peut de nouveau profiter d’allocations chômage en cas de rupture de contrat et il cotise également pour sa retraite.

De plus, contre le versement d’un forfait, le salarié porté (ou le PAYE employee pour « Pay As You Earn » en anglais), n’a plus à s’occuper des sujets administratifs. C’est en effet la société de portage salarial ou la umbrella company qui se charge de cette partie comme pour la facturation des prestations à l’entreprise cliente. Pour l’indépendant, c’est autant de temps dégagé pour se concentrer sur ses missions, se former ou chercher de nouveaux projets.

Pour les entreprises clientes, le portage salarial permet plus de flexibilité dans la recherche de talents. Elles n’ont pas besoin de mettre en place de lourdes procédures RH pour recruter et en plus, elles n’alourdissent pas leurs charges salariales en contractant un nouveau CDI ou CDD.

 

Les spécificités des umbrella companies

Au niveau fiscal, sachez que les umbrella companies sont très surveillées. D’ailleurs, c’est au PAYE ou salarié porté qu’incombe la responsabilité de déclarer, avec exactitude, ses revenus. En cas de contrôle, c’est lui qui doit pouvoir justifier des frais déclarés et non pas l’umbrella company. C’est un système clairement avantageux pour cette dernière.

En ce qui concerne les frais, en France, la société de portage salarial prélève généralement un pourcentage sur le salaire du salarié porté. En Angleterre, les umbrella companies préfèrent demander le règlement d’un montant fixe. Il peut être hebdomadaire ou mensuel. Pour les sociétés reconnues, le budget tourne aux alentours des 25/30 £ par semaine. Si un pourcentage est choisi, l’umbrella company négociera en amont son montant avec le porté.

Enfin, au niveau des intervenants, alors qu’en France, seules 3 parties interagissent (salarié porté, entreprise cliente et société de portage), en Angleterre, il y a 4 intermédiaires. La relation devient quadripartite en intégrant un maillon supplémentaire, une agence de recrutement. Il peut arriver que l’indépendant fournisse ses timesheets (feuilles d’heures) à l’agence de recrutement mais bien souvent cette dernière préfère se reposer sur le service comptabilité de l’umbrella company.

 

Choisir une umbrella company pour travailler à l’étranger

Si vous souhaitez donner un coup de boost à votre carrière en partant exercer votre métier en Grande-Bretagne, il n’est pas forcément nécessaire de vous rapprocher d’une umbrella company. Les entreprises françaises proposent aussi des solutions de portage salarial à l’international.

En plus d’offrir stabilité et sécurité aux indépendants qui souhaitent partir à l’étranger, l’entreprise de portage accompagne le salarié porté sur des questions juridiques ou sur les démarches liées à l’immigration. L’indépendant est aussi libéré des tâches administratives contre le versement d’un forfait (généralement 10%). Deux types de statut existent selon la durée de la mission : salarié porté détaché (projet de moins de 24 mois) ou salarié porté expatrié (projet supérieur à 24 mois).

Voir aussi :