Qu’est-ce que les charges indirectes ?

Quelle que soit la taille de votre entreprise, que vous soyez micro-entrepreneur ou patron d’une TPE, les charges indirectes sont bien à prendre en compte dans votre gestion comptable. Ces charges indirectes sont ces dépenses qui vous permettent de faire tourner votre entreprise au quotidien et de la développer. Cependant, contrairement à une charge directe directement imputable à un produit, les dépenses indirectes ne le sont pas. Nous revenons sur la définition des charges indirectes et les méthodes pour les calculer.

Charges indirectes, définition

Pour fabriquer ou vendre des produits et des services, une entreprise doit forcément engager des sommes d’argent. Les charges indirectes vont donc regrouper tous les achats effectués pour servir la gestion quotidienne de l’entreprise. Ces dépenses ne peuvent pas être affectées à la fabrication d’un produit donné. Elles sont en effet imputables à plusieurs produits simultanément. Il est nécessaire d’effectuer des calculs intermédiaires afin de répartir justement les dépenses engagées.

 

Quelques exemples de charges indirectes

Il existe plusieurs niveaux de charges indirectes :

  • Les charges ponctuelles comme les actions de communication : édition de cartes de visite, impression de plaquettes commerciales, réservation d’un stand sur un salon professionnel…
  • Les charges locatives : paiement du loyer des locaux de l’entreprise
  • Les charges fixes : factures d’énergie, abonnement à Internet, affranchissement des courriers…
  • Les dépenses d’assurance
  • Les coûts des services généraux (service marketing, commercial, informatique…)

 

Quelles différences avec les autres charges

Il est important de faire le distinguo entre les différentes charges qui pèsent sur l’entreprise afin de pouvoir notamment calculer la rentabilité d’un produit ou d’un service. Ainsi, les charges indirectes ne sont pas à confondre avec :

 

  • Les charges directes

Ces dernières, par opposition, sont directement imputables à la fabrication ou la commercialisation d’un produit ou d’un service. Il peut s’agir alors des matières premières utilisées pour alimenter un processus de fabrication, des marchandises destinées à la revente ou bien encore de la main d’œuvre. Au niveau comptable, il n’y a pas besoin de passer par une étape de calcul, ces coûts sont directement affectés à un produit.

 

  • Les charges patronales

Bien que les patrons en soient redevables chaque mois (ou chaque trimestre), les charges patronales ne sont pas comptabilisées comme charges indirectes ou directes. Elles sont calculées à part et désignent les taxes à payer pour l’assurance vieillesse, l’assurance maladie, les accidents du travail ou encore les allocations familiales.

 

Quand les charges indirectes peuvent devenir directes

Ce cas de figure est tout à fait envisageable dans certaines situations. Par exemple, si un salarié travaille sur la fabrication de plusieurs produits, son salaire reste une charge indirecte imputable à plusieurs biens. Mais si cet employé ne travaille que sur un seul produit, dans ce cas, sa rémunération devient une charge directe.

Autre exemple avec l’électricité consommée pour une usine. Si on prend le bâtiment dans son intégralité, cette dépense est une charge indirecte affectée à la fabrication de plusieurs produits. En revanche, si plusieurs compteurs électriques séparés sont installés sur des machines ou ateliers, l’électricité consommée peut être attribuée à la fabrication d’un produit et devenir de ce fait une charge directe.

 

Comment calculer les charges indirectes ?

Alors que les charges directes sont plutôt faciles à affecter pour calculer le coût de revient d’un produit ou d’un service, avec les charges indirectes, la méthode est plus complexe. Il va en effet falloir réussir à attribuer une quote-part des charges indirectes à un ou plusieurs produits de votre entreprise. Pour ce faire, il est nécessaire d’établir une unité d’œuvre pour effectuer un arbitrage et affecter les coûts indirects là où ils doivent être.

Pour expliquer ce point plus précisément, voici deux exemples d’unité d’œuvre :

  • Comment répartir le loyer ? L’unité d’œuvre sera ici le m2. On calcule le nombre de m2 nécessaire à la production de chaque produit ce qui permet d’obtenir la quote-part des charges locatives indirectes détenues par chacun.
  • Comment affecter les coûts de maintenance ? On choisira ici le nombre d’heures d’utilisation d’une machine-outil par exemple pour en déterminer sa quote-part dans la fabrication d’un produit.

 

Charges indirectes : la méthode des coûts complets

Pour cette méthode de calcul des charges indirectes, il suffit de découper l’entreprise en différents centres d’analyse (atelier, usine, entrepôt, bureau…). On définit une clé de répartition en amont et on redistribue les charges indirectes à chaque activité. Pour l’expliciter plus clairement, la somme de toutes les charges indirectes de l’entreprise sont réparties entre les divers centres d’analyse ou pôles d’activité. Cette méthode est considérée comme plus objective mais elle est néanmoins plus complexe à mettre en place.

Quelles soient directes ou indirectes, les charges sont très importantes dans le calcul du coût de revient d’un produit ou d’un service et donc, indispensable pour réussir à fixer les bons prix et être rentable.

Voir aussi :