Définition et objectifs de la gestion d’entreprise

La gestion d’entreprise regroupe des compétences variées telles que la vente, la production, la communication, la gestion comptable et administrative ou encore la gestion des ressources humaines.

La gestion d’entreprise est une notion incontournable pour toutes les entreprises. Qu’il s’agisse de nouveaux créateurs d’entreprises ou bien de chefs d’entreprises aguerris, la gestion d’entreprise est une compétence fondamentale pour assurer la pérennité d’une entreprise.

La gestion d’entreprise n’est pas toujours facile à comprendre car elle renvoie à différentes actions.

Qu’est-ce que la gestion d’entreprise et quelles sont les bonnes pratiques d’une gestion d’entreprise optimale ? Nous faisons le point dans ce guide.

Comprendre la notion de gestion d’entreprise

La gestion d’entreprise permet d’identifier les actions à mettre en place afin d’atteindre les objectifs établis lors de l’élaboration du plan d’action de l’entreprise. C’est une forme de management qui se focalise sur l’aspect financier de l’entreprise.

La gestion d’entreprise s’articule autour de cinq axes directeurs à savoir :

  1. La planification des objectifs à atteindre
  2. La définition des actions à entreprendre
  3. Le suivi de la stratégie adoptée
  4. La maîtrise de la mise en œuvre de la stratégie
  5. L’aptitude à réagir face aux imprévus afin de prendre les mesures correctives nécessaires.

Le lexique fondamental de la gestion d’entreprise

Que l’entrepreneur soit formé ou non à exercer les missions de gestionnaire, il est important qu’il sache maîtriser le vocabulaire spécifique suivant :

  • Le fonds de roulement (FR) : ce terme désigne la somme dont dispose l’entreprise pour payer : ses fournisseurs, ses employés, et l’ensemble de ses charges de fonctionnement, en attendant ses encaissements clients.

Le calcul du Fonds de roulement  est le suivant = Capitaux permanents – Actifs immobilisés

  • Le besoin en fonds de roulement (BFR) : ce terme désigne la mesure des ressources financières nécessaires à l’entreprise afin qu’elle couvre le besoin financier résultant des décalages des flux de trésorerie correspondant aux décaissements et aux encaissements liés à son activité. Le décalage permanent de trésorerie entre les dépenses et les recettes de l’entreprise constitue le besoin en fonds de roulement.
  • L’état de la trésorerie : il s’agit de connaître l’état général de la trésorerie.
  • Le seuil de rentabilité : ce terme désigne le montant du chiffre d’affaires nécessaire pour couvrir l’intégralité des charges.
  • Le point mort (PM) : ce terme désigne le nombre de jours de chiffre d’affaires que l’entreprise doit réaliser pour obtenir ce résultat.

Les bases d’une bonne gestion d’entreprise

La gestion d’entreprise repose sur des principes de base qui permettent d’anticiper les problèmes financiers que l’entreprise peut rencontrer.

  • L’importance de la détermination du coût de revient

Il s’agit de connaître le prix de revient c’est-à-dire l’ensemble des coûts supportés par une entreprise afin de produire un bien ou un service.

Déterminer le coût de revient est essentiel car il permet d’une part de déterminer la marge brute (indicateur qui mesure si l’activité d’une entreprise est bénéficiaire en observant son activité commerciale) et d’autre part de fixer les prix de vente.

La marge brute est déterminée par le calcul : prix de vente HT – prix de revient.

Enfin, le coût de revient permet d’améliorer la rentabilité et les marges afin de maintenir la rentabilité de l’entreprise.

  • Anticiper et maîtriser les frais de début d’activité

Les débuts d’activité peuvent entraîner certaines dépenses cependant, une bonne gestion d’entreprise nécessite de limiter ces frais. En effet, au commencement d’une activité, le gestionnaire est confronté à deux types de dépenses à savoir les frais fixes et les frais variables.

Rappelons que les frais fixes sont des charges régulières qui doivent être assumées par l’entreprise alors que les frais variables sont des charges dont l’entreprise est redevable s’il y a de l’activité.

Le gestionnaire n’ayant pas encore assez de visibilité sur la santé financière de son entreprise, il est important qu’il priorise les frais variables et qu’il limite les frais fixes au début de l’activité.

  • L’importance du suivi de la facturation

Le suivi de la facturation est primordial pour éviter les problèmes de trésorerie, relancer les clients en retard de paiement et réduire les risques d’impayés.

  • L’importance de la gestion des stocks

La gestion des stocks désigne le suivi des stocks depuis les fabricants jusqu’aux entrepôts, pour terminer à un point de vente. C’est un pôle de dépense qui peut vite augmenter si le gestionnaire n’est pas attentif à son évolution.

Concrètement, le gestionnaire doit veiller à ce que le niveau de stock soit optimal car l’entreprise doit fonctionner avec un stock suffisant afin d’éviter la rupture de stock tout en contrôlant les coûts d’un stock trop important qui entraînerait des charges supplémentaires.

  • Gérer les relations avec les fournisseurs

La relation avec les fournisseurs est un élément essentiel de la gestion d’entreprise car ils sont au cœur de la réalisation de l’activité de l’entreprise. Les fournisseurs doivent être diversifiés afin que l’entreprise ne soit pas économiquement dépendante de ces derniers.

Par ailleurs, l’entreprise doit suivre la santé financière de ses fournisseurs afin d’anticiper tout problème d’approvisionnement durable ou temporaire. 

La gestion de la trésorerie au cœur de la gestion d’entreprise

La gestion de la trésorerie est un point phare de la gestion d’entreprise. La fragilité d’une trésorerie peut survenir en dépit d’une clientèle régulière si l’entreprise n’a pas été suffisamment vigilante à ses besoins de fonds de roulement et au suivi de sa facturation par exemple.

Aussi, l’objectif d’une trésorerie stable peut comporter deux axes telles que la création des provisions de trésorerie afin de faire face à des imprévus financiers ou encore la réalisation d’investissements favorables au développement de l’entreprise.

Afin de gérer au mieux sa trésorerie, l’entreprise peut mettre en place un plan d’action en plusieurs étapes concrètes telles que :

  1. Suivre le solde de trésorerie régulièrement ;
  2. Calculer le besoin en fonds de roulement ;
  3. Elaborer un plan de trésorerie ;
  4. Suivre les délais moyens de paiement des créances clients ;
  5. Suivre les dettes fournisseurs et les délais de paiements ;
  6. Suivre le niveau de ses stocks ;
  7. Suivre les coûts de son financement.

 

Voir aussi :