Fifty finalise une nouvelle campagne de financement

Compte tenu de l’apparition de nouveaux process en entreprise, Fifty ambitionne de simplifier l’utilisation de nouvelles pratiques professionnelles. Pour atteindre son objectif, la jeune pousse basée à Paris recourt à l’intelligence artificielle (IA) et aux sciences comportementales. Dans la mise en œuvre de ses projets, elle vient d’annoncer une nouvelle récolte de fonds.

Jérémy Salmon, Clément Lavollé et Alexia Cordier ont monté ensemble Fifty en 2018. Puis, en septembre 2019, la start-up francilienne a terminé sa première levée de fonds, bouclée à un million d’euros. Depuis, elle est supportée par des experts en sciences comportementales, des entrepreneurs du numérique ou des investisseurs providentiels. L’on retrouve parmi eux Steve Fiehl (DG de CrossKnowledge), Romain Niccoli (co-fondateur de Criteo), Xavier Niel (vice-président d’Iliad), etc.

Début juillet 2022, la jeune pousse a achevé son second tour de table, de 10 millions de dollars. Les créateurs de la plateforme de coaching MoovOne, Axel et Hugo Manoukian ont contribué dans cette campagne de financement.

La start-up entend affermir sa croissance en France

Fifty prévoit d’utiliser l’argent récolté en partie pour accroître de trois fois la taille de son personnel d’ici décembre 2022. Son effectif devrait ainsi compter 45 individus d’ici la fin d’année. Pour les travailleurs indépendants, affiliés à une entreprise portage salarial comme CEGELEM ou non, des opportunités pourraient s’ouvrir.

La start-up compte par ailleurs profiter de ce nouveau tour de table et :

  • Accélérer l’incorporation de sa plateforme dans les systèmes d’information des entreprises, à travers des interfaces de programmation applicative (API) ;
  • Poursuivre le perfectionnement de l’algorithme de personnalisation et le renforcement de la solution.

Cependant, elle veut surtout élargir sa présence dans l’Hexagone et au-delà, avec l’intention de s’installer au Royaume-Uni et en Allemagne. Pour indication, sa plateforme peut présentement être consultée en cinq langues. Des entreprises de taille intermédiaire s’en servent, tout comme de grands groupes, dont 50 % du CAC 40, comme :

  • Bouygues ;
  • L’Oréal ;
  • Thales ;
  • Orange ;

D’autres adaptations ont été effectuées dans :

  • Une société technologique qui se développe rapidement comme ManoMano ;
  • Une entreprise publique telle que La Poste.

Favoriser la montée en compétences des collaborateurs

Fifty continue sur sa lancée en essayant la méthode de formation par la pratique eDoing sur le Vieux Continent. Sa CEO, Alexia Cordier, explique :

C’est la façon d’aider les collaborateurs à acquérir des nouveaux comportements professionnels à l’échelle. Cela par la mise en actions pratiques et mesurables.

La plateforme, accessible sur le Cloud, conseille en réalité aux salariés d’accomplir des actions dans leur quotidien de travailleur. Ceci afin de gagner graduellement de nouvelles compétences. À cet effet, des fonctions comportementales sont exploitées et incorporées dans les instruments informatiques familiers des employés (Slack, Microsoft Teams…). L’on citera parmi celles-ci les options d’engagement social, d’implémentation d’intention, de choix actif, etc.

La seconde tranche de financement de Fifty a été réalisée auprès des sociétés d’investissement :

  • Tekton Ventures ;
  • S3 Partners ;
  • Acadian Ventures ;
  • Eurazeo ;
  • Signals Venture Capital.

Avec cette opération, la start-up poursuivra son projet dans l’intelligence artificielle et les sciences comportementales appliquées au secteur des RH.

Voir aussi :