De nouvelles intégrations ont été introduites dans la solution d’observabilité de New Relic

New Relic accroîtra d’un quart son écosystème de coopérateurs technologiques pour étendre ses fonctions aux professions et équipes de l’entreprise. Le but consiste à ajuster sa solution d’observabilité polyvalente aux nouvelles pratiques en programmation dans les sociétés. Des ajouts concernant le suivi de Kubernetes, la gestion des risques, etc. ont déjà été mis en place.

New Relic a publié l’année dernière son enquête intitulée Observability Forcast. Selon l’étude, les organisations veulent majoritairement que des pratiques d’observabilité soient instaurées en leur sein d’ici deux ans. L’adoption de technologies open source figure parmi les techniques les plus fréquemment mentionnées à l’origine du besoin d’observabilité (39 %). Les répondants citent aussi la migration multicloud (42 %) et les architectures d’applications Cloud natives (47 %). Sans oublier la sécurité (49 %).

Afin de les aider à passer ce challenge, la multinationale prévoit accroître son écosystème de coopérateurs. Quelques nouvelles fonctionnalités : plusieurs dizaines devraient ainsi être apportées à sa solution d’observabilité tout-en-un.

L’outil a été doté de nouvelles capacités Azure et AWS

Ces améliorations permettront aux ingénieurs des entreprises clientes de faire évoluer leurs pratiques d’observabilité. Ils pourront désormais les faire évoluer dans plusieurs cas d’utilisation et dans tous domaines, qu’il s’agisse :

  • De technologies de sécurité et de développement ;
  • D’instruments en source ouverte ;
  • De services Cloud.

En 2020, la firme a déployé son écosystème de ressources et d’intégrations d’observabilité prédéfinies, baptisé Instant Observability. Elle a alors confié à Riya Shanmugam la fonction fraîchement mise en place de responsable des canaux de distribution dans le monde. L’entreprise a aussi amplifié son interopérabilité au sujet de l’observabilité multicloud. Des intégrations et des coopérations ont ainsi été élargies à Microsoft Azure et Amazon Web Services (AWS). Les nouvelles capacités incluent notamment les plateformes de gestion de données qui procurent une visibilité sur :

  • Les performances des Data warehouses ;
  • Les applications Spark ;
  • Les agrégats Apache Kafka.

Partager les métriques des systèmes d’administration d’information à la firme permettra aux ingénieurs de rendre plus rapides les requêtes. Cette transmission favorisera également le règlement des problèmes majeurs de performance et l’optimisation des coûts en déterminant :

  • Les valeurs inexactes ;
  • Les requêtes onéreuses.

Parmi les ajouts dans ce cadre figurent Snowflake, Confluent Cloud et Databricks.

L’examen des performances des clusters K8s sera accéléré

Les nouvelles fonctionnalités comprennent également l’instrument de surveillance de K8s, Prometheus. Cet outil rend plus facile l’analyse de la performance des services d’agrégat et des clusters Kubernetes. Avec les quickstarts de New Relic, il permet aux équipes d’ingénierie d’étudier rapidement les performances de ces derniers. Ceci au moyen de notifications et de tableaux de bord créés en amont. Les plus importantes améliorations quant aux services recourant au kit d’instruments Prometehus en source ouverte portent entre autres sur :

  • Traefik ;
  • NGINX ;
  • CoreDNS ;
  • Calico ;

Les nouvelles intégrations comprennent par ailleurs DevSecOps et des applications de gestion des failles. Grâce à ces derniers, les ingénieurs peuvent classer par ordre de criticité les risques de sécurité. Une aptitude qui est valable à n’importe quelle phase du cycle de vie de la programmation logicielle. L’intégration en toute transparence des solutions tierces de sécurité à l’identification native des brèches dans New Relic devient ainsi possible. Elle vise à conférer une protection contextualisée et unifiée. L’on trouve parmi les ajouts clés :

  • Snyk;
  • Lacework;
  • GitHub;
  • AWS Security Hub.

En outre, les nouveautés incluent également des plateformes DevOps et CI/CD. Elles fournissent aux divisions DevOps une visibilité sur la santé et la performance de leurs :

  • Flux de conception d’outils web ;
  • Interfaces de programmation applicative (API) ;
  • Pipelines d’intégration et de livraison continues.

Les usagers ont la possibilité d’examiner, aux environs de leurs canaux de publication, les informations d’observabilité de New Relic. Les principales intégrations comprennent JFrog, Jenkins, CircleCI et Atlassian Bitbucket.

Voir aussi :