Comment le secteur des freelances en France se présente-t-il ?

Un rapport sur les travailleurs indépendants en France vient d’être publié. Il en ressort que dans les métiers de prestations intellectuelles aux sociétés, le freelancing concerne toutes les branches d’activité. Le document indique également que plus d’hommes que de femmes sont pris dans le phénomène. Par ailleurs, ce type de contrat attire tant les jeunes que leurs aînés.

Un site de missions en freelance a réalisé une étude relative au secteur dans l’Hexagone. Basée sur les professions de prestations intellectuelles aux sociétés, celle-ci a été dévoilée le 24 février 2022.

Selon le document qui s’appuie sur les données de l’Insee et de l’Urssaf, le freelancing s’étend à tous les domaines d’activités. À l’opposé des idées répandues, il ne se limite pas qu’aux emplois de la Tech, du marketing et de l’invention. Des consultants indépendants peuvent aujourd’hui tenir n’importe quel poste clé au sein des sociétés. À ce sujet, la première filière de ces professionnels repose sur l’Achat et la Gestion, ainsi que la Finance.

Des seniors sont également actifs sur le marché

Le rapport montre aussi qu’en France, le freelancing touche principalement les hommes. Deux tiers des professionnels concernés par ce phénomène appartiennent à ce genre.

Les freelances sont surqualifiés si l’on se réfère à la moyenne nationale. Dans toutes les professions observées dans l’analyse, près de 73 % des freelances détiennent au moins un diplôme de Bac+5.

Par ailleurs, toutes les générations sont représentées dans le freelancing. Tout comme les jeunes, les cadres de 45 ans s’y intéressent du fait de son caractère plus souple. En moyenne, les freelances sont âgés de 45 ans. Soit 5 ans de plus que l’âge moyen des travailleurs en interne.

Chez les cadres seniors, l’exercice d’une activité en freelance constitue en général un choix de deuxième parcours professionnel. Cette reconversion peut, entre autres, être concrétisée grâce à :

● L’acquisition de fonds et d’expertises suffisants afin de garantir sa réussite ;

● La création d’un réseau professionnel.

Néanmoins, il est également possible de mener cette transition en passant par une entreprise de portage salarial comme CEGELEM. La plateforme propose un accompagnement afin de concilier le statut d’indépendant avec celui de salarié.

Le freelancing est amené à s’amplifier pour les prochaines années

L’étude souligne aussi un point important lié à la crise sanitaire. Selon elle, le freelancing continue de progresser en dépit de la pandémie de SARS-CoV-2. D’ailleurs, le concept séduit un nombre croissant de cadres. Il donne une bonne impression à près de trois quarts de ces derniers (72 %). De surcroît, dans le futur, trois sur dix de ces salariés songent à devenir travailleur indépendant.

Par ailleurs, des activités se trouvent de plus en plus entraînées dans le freelancing. À ce titre, les travailleurs indépendants regroupent 32 % des experts en création digitale, interface utilisateur et communication.

L’enquête révèle également que la France dénombrait en 2019 environ 1 million de consultants ou spécialistes indépendants. Dix ans plus tôt, leur effectif s’établissait seulement à 588 000, c’est-à-dire à 71 % de moins. D’ici la fin de la décennie, celui-ci devrait monter à 1,54 million.

Enfin, le rapport contredit clairement les découvertes de plusieurs études conduites auparavant. Mal informées sur le plan macro-économique, celles-ci ont propagé des idées fausses sur la répartition des freelances. Ceci du point de vue de la région, du sexe, de l’âge et du secteur d’activité.

Voir aussi :