Définition et mesure de ce baromètre social

Mesurer le climat social des entreprises est devenu un impératif pour beaucoup d’entreprises car il est un indicateur fiable de la santé humaine et sociale de l’entreprise.

 

En effet, ces dernières années, le lien entre bien-être au travail et performance de l’entreprise a clairement été établi. Les entreprises comprennent que l’ambiance générale de l’entreprise est fortement impactée par l’état d’esprit des équipes et que l’atteinte des objectifs dépend en grande partie de l’état de santé physique et psychologique de leurs salariés.

Qu’est-ce que le climat social et comment l’améliorer ? Nous vous expliquons tout dans cet article.

Qu’est-ce que le climat social ?

Le climat social désigne le degré de satisfaction au travail des salariés d’une entreprise. Il s’agit de connaître les sentiments des salariés sur leur travail, leur environnement, la hiérarchie et la stratégie de l’entreprise. Le climat social permet de savoir si les salariés sont épanouis.

Les relations professionnelles et les relations sociales impactent directement les conditions de travail or, plus les conditions de travail sont bonnes, plus le degré de satisfaction globale au travail est élevé.

En somme, le climat social est un baromètre qui permet d’établir un diagnostic de l’état de la relation entre les salariés et leur travail.

Quels sont les enjeux de la mesure du climat social de l’entreprise ?

Mesurer le climat social de l’entreprise présente plusieurs intérêts pour l’employeur.

Tout d’abord, un environnement de travail anxiogène peut avoir des conséquences graves sur la santé mentale et physique des salariés or, l’employeur est responsable de la santé de ses salariés et doit mettre en œuvre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé des salariés (art. L.4121-1 du Code du travail).

Par ailleurs, favoriser et entretenir un climat social sain augmente naturellement la productivité des salariés car en impactant positivement l’état d’esprit des salariés ces derniers sont plus motivés.

Dans le même sens, une entreprise dont l’ambiance de travail est agréable est plus attractive ce qui facilite le recrutement de talents externes car la notoriété d’une entreprise repose beaucoup sur ses conditions de travail.

Enfin, mesurer le climat social de l’entreprise permet de prévenir le turn-over très redouté par les entreprises.

Comment évaluer le climat social d’une entreprise ?

Il est possible d’établir un diagnostic fiable du climat social général de l’entreprise en se basant sur plusieurs indicateurs pertinents :

● Évaluer la côte de popularité de l’entreprise auprès des salariés :

Il s’agit de savoir ce que les salariés pensent de leur entreprise et dans quelle mesure ils pourraient la recommander à leur propre réseau.

L’employeur peut ainsi utiliser l’ENPS (Employee Net Promoter Score), un indicateur de probabilité de recommandation en posant à ses salariés la question suivante :

“Recommanderiez-vous votre entreprise comme une entreprise où il fait bon de travailler ?”.

● Évaluer l’ancienneté moyenne des salariés et le turn-over :

Évaluer l’ancienneté moyenne des salariés permet de connaître le degré de fidélisation des salariés et de mesurer le turn-over de l’entreprise sur une année.

● Évaluer l’évolution de carrière au sein de l’entreprise :

Évaluer les parcours internes des salariés, au travers des promotions et augmentations, permet de savoir si les salariés peuvent se projeter au long terme au sein de l’entreprise.

Évaluer le management global dans l’entreprise :

Le management permet de savoir dans quelles conditions les salariés sont dirigés. Plus le management est apprécié par les salariés, plus le climat social est sain.

● Évaluer le taux d’absentéisme au travail :

C’est un indicateur très révélateur car la fréquence et la durée des absences en dit long sur la motivation des salariés ainsi que sur leur état de santé physique et mental.

Évaluer le niveau de satisfaction des clients et autres collaborateurs externes :

Il s’agit ici de connaître le degré de satisfaction des acteurs externes de l’entreprise car cela est révélateur de la cohésion présente au sein de l’entreprise.

Pour réaliser un audit de climat social, l’entreprise peut utiliser des enquêtes et questionnaires anonymes, des entretiens individuels ou collectifs ou bien un bilan social.

Savoir améliorer le climat social d’une entreprise

Il est possible d’améliorer le climat social d’une entreprise en activant les bons leviers que nous allons détailler :

● Améliorer la communication interne

La communication au sein de l’entreprise est primordiale. Elle permet de faire entendre la voix des salariés et des équipes afin de partager les ressentis et les perceptions de chacun au travail. La communication interne permet aussi de renforcer la cohésion générale entre les salariés et favorise ainsi un climat social sain.

● Réduire les écarts de salaires

Il s’agit de mesurer les écarts de salaire entre la plus haute rémunération et la plus basse. Les écarts de salaires importants ne sont pas favorables à un climat social sain car ils favorisent l’esprit de compétition et les rivalités entre salariés. Un effet pervers qui ne va pas dans le sens de la cohésion de groupe au sein de l’entreprise.

Au contraire, des écarts de rémunération faibles révèlent une répartition juste et équitable entre tous les acteurs de l’entreprise ayant participé à la création de richesse.

Investir dans la formation des salariés

La formation des salariés fait partie des obligations de l’employeur qui doit veiller à ce que les salariés acquièrent régulièrement des compétences pour suivre l’évolution de leur poste.

La formation des salariés est un investissement pour l’entreprise puisque les compétences acquises sont, in fine, exploitées par l’entreprise qui crée de la richesse.

Le poste de dépense formation devrait donc faire partie des moyens d’améliorer le climat social de l’entreprise car il génère, autant pour l’employeur que pour le salarié, de la création de valeur.

● Aménager les conditions de travail

Le surmenage et / ou les burn-out relevés peuvent être révélateurs d’une durée moyenne hebdomadaire de travail trop intense. De même, le nombre d’accidents sur le lieu de travail peut indiquer des cadences difficiles, ou des aménagements de postes peu adaptés.

En aménageant les conditions de travail des salariés, l’employeur peut améliorer très significativement le climat social de l’entreprise.

Voir aussi :