Blizzard Entertainment pourrait bientôt mettre un terme à son activité dans l’Empire du Milieu

NetEase Games et Blizzard Entertainment, en désaccord depuis quelques mois, ont décidé d’arrêter une collaboration vieille d’une dizaine d’années. La firme américaine risque ainsi d’être obligée de quitter le marché chinois, notamment de retirer World of Warcraft d’ici 2023. Afin de continuer à y proposer ses jeux vidéo, elle devra trouver un nouvel associé siégeant dans l’Empire du Milieu.

Blizzard Entertainment a conclu en 2008 une coopération avec NetEase Games, un développeur de jeux vidéo basé à Hangzhou. Le studio américain voulait trouver un moyen de distribuer ses titres phares dans ce pays qui comporte beaucoup de gamers. Parmi les franchises commercialisées figurent Heroes of the Storm, Overwatch, Hearthstone, etc. sans oublier le fameux MMORPG World of Warcraft. Ces titres disparaîtront du marché de l’Empire du Milieu d’ici l’année prochaine.

Les deux éditeurs ont en effet annoncé la résiliation de leur coopération à compter du 23 janvier 2023. Par conséquent, les entreprises originaires des États-Unis désirant proposer leurs jeux en Chine doivent s’unir à une société locale du domaine.

La Chine représente un marché clé dans la stratégie du studio

Dans un communiqué, la multinationale américaine a affirmé que les deux parties n’ont pas trouvé d’arrangement permettant de :

[…] Renouveler ce partenariat de façon conforme aux principes d’exploitation et aux engagements de Blizzard envers les joueurs et les employés.

Les dirigeants de NetEase Games ont essayé de dédramatiser l’effet de cette rupture. L’année dernière, l’association avec Blizzard Entertainment pesait moins de 10 % de leurs bénéfices et de leurs facturations, ont-ils déclaré. Diablo Immortal, un des titres à succès de l’éditeur, demeurera de plus disponible sur le marché chinois. Il a bien été créé avec la firme américaine. Toutefois, le jeu était exclu des contrats qui liaient les deux studios.

Le développeur américain réalise de son côté seulement 3 % de ses ventes dans l’Empire du Milieu. Il considère cependant le marché comme décisif pour soutenir ses projets dans le jeu mobile et le sport électronique. Par ailleurs, son acquisition par Microsoft est centrée sur ce premier segment. Ceci bien que des régulateurs américains, britanniques et européens surveillent de près ce rachat. Si Blizzard veut se maintenir en Chine, un rapprochement avec une autre entreprise basée dans le pays, comme Tencent, s’impose.

Remarque : Dans le cadre d’un rapprochement d’une grande société française avec une entreprise étrangère, un consultant IT en portage salarial peut parfaitement remplir une mission à l’international. Il reste couvert par la société et conserve ses avantages.

Des désaccords ont nui à son partenariat avec NetEase Games

Bloomberg a révélé que la séparation entre les deux géants de la filière vidéoludique résultait de nombreuses mésententes financières. Selon les renseignements relayés par le média, des différends auraient également émergé à propos :

  • Des informations personnelles des gamers chinois, chiffrés à quelques millions ;
  • De la détention de la propriété intellectuelle.

En Europe, le marché du jeu vidéo est nettement encadré au profit des joueurs pour sécuriser leurs données. En Chine, la réalité est tout autre. Une loi portant sur la protection des données personnelles y a pris effet au début de ce mois-ci. Le texte vise essentiellement à restreindre le recours aux informations afin de développer de nouveaux produits et technologies.

En juillet dernier, quelques différends avaient éclaté lors de l’annulation de deux jeux mobiles fondés sur l’univers Warcraft. Depuis environ trois ans, plus de 100 collaborateurs de NetEase Games et de Blizzard Entertainment se concentraient sur leur production. À cette période, le gouvernement chinois avait instauré différentes interdictions depuis approximativement un an. Ces restrictions avaient empêché la commercialisation de jeux vidéo par les grands studios.

Voir aussi :