Awadac est cédé à Weblib

Weblib améliore son offre de transformation numérique des points de vente à travers le Vieux Continent. En rachetant la start-up Awadac, l’entreprise profitera en effet de son logiciel de transaction et de commande destinée aux restaurants. À l’échelle du marché, cette nouvelle acquisition favorise la concentration qui a démarré depuis un certain temps.

Poussée par sa stratégie de développement externe adoptée depuis cinq ans, Weblib compte quintupler son chiffre d’affaires d’ici 2026. L’année dernière, le spécialiste de la transformation digitale en totalisait 10 millions d’euros. Dans la poursuite de cette ambition, il garde en option la réalisation de nouveaux rachats. Son but étant de s’établir dans différents pays ou de renforcer sa position sur le marché.

À ce sujet, l’entreprise vient d’officialiser la reprise d’Awadac. Une start-up qui a conçu une suite d’applications de paiement et de commande afin d’améliorer l’UX dans les restaurants. Il s’agit de la troisième acquisition de la société.

Le marché de la digitalisation des restaurants commence à se concentrer

En 2019, elle s’était emparée du champion du Wi-Fi Haute Densité pour les endroits à trafic élevé en Europe. Deux années plus tôt, c’est l’opérateur Wifi Urban Koncept qui était entré dans son giron. Avec ces deux précédentes opérations, Weblib s’était offert en même temps :

● De robustes technologies Wi-Fi ;

● Une grande base de clientèle dans le commerce de détail.

Commentant le rachat d’Awadac, Arthur Philbé déclare que le marché de la digitalisation est divisé en petits segments. De petites start-up y sont positionnées, révèle-t-il avant d’affirmer cependant que la concentration a été enclenchée. Weblib y contribue dans une certaine mesure avec leurs reprises, poursuit son CEO.

Le responsable explique qu’à terme, leur objectif consiste à accroître suffisamment leur activité pour :

● Acquérir une légitimité sur des appels d’offres de grands comptes ;

● Devenir le guichet unique de la digitalisation de chaque endroit recevant du public.

Pour l’atteindre, Weblib pourrait être amené à recruter prochainement dans divers métiers de la technologie. L’on citera notamment l’exemple du développeur, consultant IT, etc.

Le rachat permettra à Awadac de rebondir

Le CEO éclaire sur la raison de l’acquisition de la jeune pousse montpelliéraine :

Nous avons développé en interne une solution de commande et transaction pour le secteur de la restauration, mais notre produit n’était pas assez performant. […]

D’après lui, le logiciel d’Awadac se révèle plus avancé. Arthur Philbé poursuit qu’actuellement, son entreprise travaille dès lors sur les kiosques interactifs, les tablettes et le Wi-Fi pour :

Miser sur ce genre d’application à forte valeur ajoutée. […]

La cause : les smartphones se présentent comme la borne de commande du futur.

Concernant Awadac, cette cession constitue un gage d’une perspective intéressante de relance. Ce qui se révèle important vis-à-vis de l’apparition de titans à l’image de Sunday. Lancée par les créateurs de Big Mamma, cette nouvelle jeune pousse entend bien dominer le marché. Arthur Philbé commente :

Sur l’intérêt de ce type d’outils, on prêche dans le désert depuis 10 ans. […]

Pour cette raison, il apprécie le fait que des enseignes comme Sunday démocratisent le marché avec plusieurs ressources.

Voir aussi :